Belgravia, Julian Fellows. éd lattès

Belgravia, Julian Fellows. éd lattès

Tout d'abord sachez que j'ai tergiversé un moment avant de conseiller cette lecture car il y a dans l'histoire un affreux bonhomme qui est, comme par hasard... Pasteur... J'ai beauxoup de mal à accepter l'idée qu'on tape de préférence sur les hommes de Dieu dans les romans. Mais celui-là, en vrai, n'a pas du tout la vocation : il a été casé dans cette "profession" parce que cadet d'une famille. Et c'est bien son problème ! cadet veut dire sans le sou et son seul espoir réside dans la mort (mais ça traine, ça traine !) de son frère lord Brokenhurst, dont le défunt fils a aimé la fille de cet horrible arriviste, Trenchard, qui vient de s'installer pas très loin, dans le quartier huppé de Belgravia.

Vous ne suivez pas ?  Pas grave : disons que c'est "du" Barbara Cartland (avec tout le respect que je lui dois), mais comme c'est écrit par J. Fellows on ne lâche pas le livre et on le trouve trop court du haut de ses 476 pages.

A